lundi 4 février 2013

L'archivage sur support ADN ? La fin des temps ?

L'archivage sur support ADN ? La fin des temps ?


Référence : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/01/24/shakespeare-et-martin-luther-king-archives-en-adn_1822294_1650684.html

Une des news que j'ai lue récemment et qui m'a interpellé le plus, c'est la nouvelle que des chercheurs aient utilisé l'ADN pour stocker des données. En soi, pourquoi pas ! Rien d'incongru en cela. Je suis prêt à changer de nos supports classiques "électronique" ou "magnétique" pour d'autres formes de supports (ici l'ADN artificiel).
Ce qui me gène par contre, c'est la non compréhension de ce qu'est l'archivage en lisant cet article. Archiver n'est pas seulement conserver ad-vitam-aeternam des données numériques sur un support stable et fiable, fut-il capacitif et pouvoir durer 1 million d'années.

Souvenez vous, 24 ans en arrière, les formats des documents étaient du Word 1.0/1.1 sous Windows 3.0 (1989/1990). Révolutionnaire (WYSIWYG), pratique, tout ce que vous voulez... Vous avez écrit un document dans les années 90 avec ce logiciel. Pouvez vous ouvrir ce document aujourd'hui ?

Réponse : non ! Le format est incompatible avec les Word de dernières générations. Alors dans 1 million d'années, votre fichier gentiment conservé dans le brin d'ADN artificiel, qu'en sera-t-il ?

Et oui, l'archivage numérique suppose de maintenir tous les 10 ou 20 ans les documents dans des formats pérennes, mais pérennes pour l'époque. Le format RTF des années 90 était peut être un format pérenne, il ne l'est plus aujourd'hui. Le PDF/A des années 2000/2010 est peut être le format pérenne actuel, mais le sera-t-il dans 20 ans ?

Bref, ne pas laisser l'archivage dans les seules mains des informaticiens qui auront une attitude simplificatrice, qui les arrangent, car un modèle instable est contraire à l'approche d'un informaticien qui est avant tout un scientifique.

Au delà du simple format, il faut aussi se poser la question du pourquoi ? Mais là, ce ne sont pas les informaticiens qui répondront à cette question...

Une autre question sympathique pour l'avenir, l'informatique future sera quantique, avec tout ce que cela suppose : instabilité permanente, modification des états des documents (bits ou Qbits) à chaque fois qu'on les regardera... Comment s’assurerer dans ces conditions de la stabilité de l'information ? Encore un autre débat, presque philosophique, mais qui est à notre porte de l'entendement aujourd'hui, et une question qu'il sera bon de se poser très rapidement...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire